Que veut-on : la guerre ou la paix ?

20171111_141241On pourrait croire que j’ai « une dent » contre les entreprises de transport en commun. Il y a quelques semaines, je publiais un article sur la fresque qui donne à voir une Europe bien pâle dans les couloirs du métro de la gare Montparnasse.

C’est à présent les murs de la gare Saint Lazare, côté métro, et pire ceux de la station de métro Opéra, qui m’ont choquée, plus encore scandalisée, plus encore sidérée, immobilisée. J’en ai perdu le nord (impossible de trouver la direction Gallieni de la ligne 3 durant plusieurs minutes) et j’ai failli arriver en retard à mon RV. Mais, je vous assure, je n’ai rien contre les transports en commun, bien au contraire.

L’OBJET DU SCANDALE ?

Il se trouve sur un immense mur de grands escaliers de la station de métro de la gare Saint-Lazare. Je l’ai d’abord vu de loin. Je me suis dit  « qu’est-ce que c’est que cela ? » pensant que mes yeux me trompaient. J’ai regardé plus attentivement en me tournant dans l’axe de ma première vision furtive. En affichage géant, comme au cinéma, ou comme dans la vraie vie, la guerre en pleine action. Je n’en croyais pas mes yeux !

J’ai demandé à un monsieur qui attendait là, immobile, si cela ne le choquait pas, car moi si. Non, il n’avait même pas l’air de l’avoir vue.

On sait le pouvoir subliminal des images, leur impact sur nos cerveaux et nos humeurs, sur nos conditionnement et formatages intellectuels et psychologiques. On sait parallèlement que des milliers de personnes, adultes et enfants de tous âges, passent là chaque semaine, jour après jour. Et que leur donne-t-on à voir ? La guerre comme si on y était !

ILS ONT FAIT CELA AUSSI ?

J’ai repris mes esprits et le métro. J’ai oublié. Mais quelques minutes plus tard, arrivée à la station Opéra, je me suis dit : « ce n’est pas vrai, ils n’ont pas fait cela ! ». Eh bien si, ils l’ont fait. La totalité des murs de la station opéra est recouverte de la même affiche. Pas seulement à l’emplacement des publicités habituelles. Non, partout, jusque dans le moindre recoin. Un peu comme si nous avions tapissé la totalité de notre salle de séjour avec des images de guerre et d’hommes au combat. Quoi de plus naturel après tout ? Nous aurions bien le droit. Cela dit, à l’heure des contrôles renforcés, si cela se savait, les services de l’ordre commenceraient certainement à porter un regard soupçonneux. Guerre, armes, combat…  Apologie de la violence ? Incitation à la haine ?

CA S’APPELLE LE MARKETING, LA PUBLICITE, ET LE COMMERCE D’AUJOURD’HUI

Eh bien, de telles images, il est possible de les afficher, en grand, dans des espaces publics. Cela s’appelle le marketing, la publicité, le commerce ! C’est très sérieux ! L’entretien et le renouveau de nos transports en commun est à ce prix certainement. On voudrait d’ailleurs nous préparer à un état de guerre prochain, hypothétique, mais on ne sait jamais, on ne s’y prendrait pas mieux. En l’occurrence, pour ces images-là, il s’agit de la promotion d’une série américaine d’un jeu vidéo « la plus vendue de l’histoire, derrière Super Mario et Pokémon » dixit Wikipédia, et semble-t-il adepte des paradis fiscaux. Je préfère vraiment les Pokémon !

QUESTIONS AUX DIRIGEANTS ET DECIDEURS

Mesdames et messieurs qui faites de tels choix commerciaux, ne pensez-vous pas que les grandes entreprises dédiées au service public (comme les autres d’ailleurs) ont une responsabilité quant à la qualité environnementale et visuelle des espaces fréquentés justement par le public ?

Ne pensez-vous pas que vous avez une responsabilité quant à l’impact de vos choix sur nos cerveaux et notre sensibilité, dans la mesure où nous sommes obligés de passer par là ?

Ne savez-vous pas que le beau génère du beau, et qu’une image de paix incite à la paix ? Et que le contraire est vrai aussi ?