Inventer demain

« Ils se sont réunis un samedi matin 
pour inventer le monde de demain

Ils étaient femmes et hommes de bonne volonté
voulant réfléchir au sort de l’Humanité
et au temps de l’après 
où les libertés seraient préservées

Ils souhaitaient essaimer des conseils du futur
pour imaginer le monde dans sept fois sept ans
en passager du vaisseau terre
et non en propriétaire

Il fallait pour se mettre en chemin
se tenir debout dans le déséquilibre du marcheur
être assuré que 
de la voûte plantaire
ils atteindraient la voûte céleste
en passant par le courage du cœur
qui leur ferait pousser des ailes
animées par le souffle de l’Amour

Ils avaient appris à incarner 
le changement pour les autres souhaité

A l’invisible du visible éveillés
ils se reliaient et écoutaient 
les forces du Mystère

Ils savaient qu’il faudrait
regarder le passé lucidement
dissoudre les peurs 
inscrites dans la mémoire de la mémoire
ne pas entretenir les colères stériles

L’à venir était cet inconnu
caché à découvrir

Sur le cahier de route
ils écrivaient à l’encre indélébile 
prendre des risques
dire non
revendiquer l’Habeas corpus
inventer des actions pacifiques
relier les résistances résilientes 
et encore encore et encore …

Ils étaient 22 à prendre la route
ils seraient 22 fois 22
et plus encore

Ils construiraient le monde de l’après
un monde solidaire respectueux du vivant
un creuset où l’esprit pénètrerait la matière
pour forger l’Homme de demain. »

Brigitte le 10 mai 2020

***

Depuis 20 ans je participe à des groupes citoyens de partage et de réflexion, j’en anime, j’en initie parfois. 
Depuis 2,5 ans nous échangeons avec quelques amis, de manière informelle. Nous tentons ensemble de nous comprendre et de mieux comprendre l’histoire du monde d’aujourd’hui. 
Il y a quelques mois j’avais diffusé un texte écrit dans ce contexte « Douceur et politique : et si l’amour guidait nos pas ? », texte qui avait fait l’objet d’une réunion ouverte à un public plus large. 
Si je diffuse aujourd’hui ce poème ci-dessus, compte-rendu poétique de notre dernière rencontre (virtuelle bien sûr), c’est tout d’abord parce que je le trouve magnifique, porteur d’un souffle d’espoir et d’un mouvement confiant. Merci Brigitte.
C’est aussi parce que je crois que, dans cette période de transition vers des futurs à imaginer et à créer ensemble, nous gagnerons à partager, échanger, et cheminer ensemble, par petits groupes. Cela n’enlève rien à la nécessité et à la beauté du chemin personnel, mais cela peut le nourrir. Interaction entre le personnel et le collectif, le spirituel et le social. 
Ce type de groupes, libres, ne peut bien sûr fonctionner que sur la bienveillance, l’écoute, le respect. Un travail à faire ensemble, un apprentissage à la fois individuel et collectif. C’est pour moi un des clés de la force et de la fluidité des futurs que nous serons capables de faire émerger. 
Laurence

Publié par Laurence Baranski

Changement Transformation Métamorphose